L’Etat s’engage à soutenir les « tiers lieux » dans les territoires

  • 31 mai 2019
L’Etat s’engage à soutenir les « tiers lieux » dans les territoires

Le gouvernement va lancer un appel à manifestation d’intérêt pour identifier 300 « fabriques de territoire », dont 150 dans les quartiers prioritaires.

Pour dynamiser les territoires, le gouvernement entend donner un coup d’accélérateur aux « tiers lieux », ces espaces de « coworking », « fab lab », « living lab » et autre « makerspace » qui fleurissent depuis quelques années. Lundi 17 juin, Julien Denormandie, ministre de la ville et du logement, et Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, entourés de pas moins de quatre de leurs homologues (travail, culture, enseignement supérieur, numérique), ont enfin dévoilé un plan « Nouveaux lieux, nouveaux liens » pour renforcer et déployer ces espaces, promis en septembre 2018 lors de la remise d’un rapport sur le sujet.Lire aussi  Le phénomène des « tiers lieux » s’impose à l’Etat

Ce plan, qui vise à résorber la fracture territoriale, en particulier dans les quartiers populaires et les zones rurales, se veut aussi une réponse à la crise des « gilets jaunes ». « Les tiers lieux peuvent répondre au sentiment de solitude, de déclassement de certaines populations, parce qu’ils sont des lieux de rencontre, de travail, de lien social, de culture, et de discussion tout simplement », explique Mme Gourault.Lire aussi  Jacqueline Gourault : « Le sujet central, c’est le besoin de proximité »

Concrètement, le gouvernement va lancer un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour identifier 300 « fabriques de territoire », dont 150 dans les quartiers prioritaires. Il peut s’agir de tiers lieux déjà existants comme de nouveaux projets. L’Etat les accompagnera avec une subvention comprise entre 75 000 et 150 000 euros sur trois ans.

Au total, 45 millions d’euros vont être consacrés à cet accompagnement. « Dans le contexte budgétaire actuel, cela montre à quel point nous en faisons un choix de politique publique », relève Julien Denormandie. Le plan gouvernemental bénéficie également du soutien d’Action Logement, qui va débloquer 50 millions d’euros pour soutenir l’investissement des tiers lieux dans le foncier et les infrastructures.

Augmenter les lieux d’accueil de proximité

Le fonds Amundi, de son côté, va mettre 50 millions d’euros pour accompagner ceux qui ont besoin de fonds propres afin de développer leur projet. « Nous espérons ainsi lever deux obstacles à la création des tiers lieux : le coût d’investissement [achat et location de bureaux ou d’ateliers], et l’amorçage [se faire connaître, recruter du personnel…] », souligne le ministre.

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide